Sérigraphie : Un métier pourvoyeur d’emplois

Ce métier d’origine occidentale attire, de plus en plus, de jeunes Sénégalais qui en tirent des profits notables. La sérigraphie s’est développée au Sénégal depuis plus de trois décennies. Malgré tout, ses jeunes ne bénéficient d’aucun soutien émanant des autorités.

La sérigraphie est un métier noble qui nourrit son homme. A en croire, Djibril Sène, le président du regroupement des Sérigraphes du Sénégal, « ce métier est un véhicule de message pour l’être humain ». Toutefois, il se désole de leur manque d’organisation ; un combat qu’il a engagé pour y parvenir. Car, dit-il, l’Etat a besoin d’interlocuteurs, sans cela les marchés sont soumis souvent à d’autres qui ne sont pas de leur secteur ; en retour ils reviennent vers eux pour faire la sous-traitance. De son côté, le vice-président Cheikh lo est d’avis « qu’on peut faire la sérigraphie sans la formation ». Selon lui, il suffit simplement d’être intelligent. Pour Cheikh lô, depuis 1950, la sérigraphie existe avant d’ajouter « que lui et ses camarades viennent juste de commencer ». Cheikh lô de lancer un cri de détresse : « nous n’avons pas d’espace pour travailler ; notre regroupement a besoin d’être accompagné ». Abondant dans le même sens, le président Djibril Sène dit la même chose. Ambitieux dans sa démarche, il se dit convaincu que son équipe fera le maximum possible pour atteindre l’objectif visé. Il lance un appel pressant au gouvernement pour leur accompagner par le biais des marchés directs. Aussi, fait-il plaider, les Sérigraphes du Sénégal sollicitent un espace à Diamnadio. « Nous sommes des citoyens sénégalais et, à travers la sérigraphie, nous pouvons faire partie de ceux qui luttent contre le chômage en créant des emplois aux jeunes, surtout ceux qui n’ont pas leur chance à l’école » poursuit-il. Il appelle aussi ses collègues à s’unir davantage pour mieux organiser leur secteur.

Aicha B.G

 

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Next Post

Présidentielle DU 31 OCTOBRE 2020 : *Appel des Organisations professionnelles des médias à la responsabilité des journalistes et des politiques*

ven Oct 23 , 2020
Dans quelques jours, la Côte d’Ivoire, notre pays, se rendra aux urnes pour élire son Président de la République, dix (cote10) ans après la crise post-électorale qui a fait officiellement 3000 morts.  Ce contexte électoral, plutôt que d’être apaisé, est malheureusement empreint de violences verbales et de manifestations qui ont […]